Le roi est nu!

Il y a un concept tellement en vogue de la «bonne pensée» à laquelle il est souhaitable de se joindre afin de se trouver “consciencieusement dans le juste”. Parce que dans la culture occidentale, nous sommes réduits, je dis et je souligne «réduit», tout simplement à cela. Le concept de “consciencieusement dans le juste”, si vous voulez, serait un grand ossimoro. Si la conscience est l’endroit où chacun se rapporte avec sa propre loi morale intérieure, alors seulement deux choses peuvent arriver. Vous êtes dans la situation qui ou vous vous occupez de vous-même (c’est le cas ossimoro) et puis vous vous «sentez» cohérent à un ensemble de normes morales, malgré la contradiction, ou, pour être juste en bonne foi, il est nécéssaire agir en modifiant les règles. C’est la technique de la “doublepensée” théorisé par Orwell: mème en sachant que quelque chose objectivement n’est pas juste, je suis sûr (dans le mème temps) qu’il est juste. C’est le grand travail accompli au cours des derniers siècles dans le monde occidental. Lentement,  on nous a donné beaucoup de travail pour mettre en œuvre une sorte de processus de décoloration de la moralité occidentale pour l’adapter à des besoins plus confortables. D’ici une certaine ambiguïté de nos usages et coutumes. Maintenant, le processus a pris terrain de génération après génération: un natif d’aujourd’hui trouve un substrat de concepts qui sont indiscutiblement “correct”, “sain” et “bon” parce que dans leur tradition (qui ont foundation dans ces derniers temps) était déjà ainsi. Et ça suffit pour tout justifier. Mais sans déranger Orwell, Andersen pourrait dire tout cela avec une langue compréhensible pour un enfant. Dans l’un de ses fables les plus célèbres, “Les nouveaux habits de l’empereur”, Andersen raconte de cet empereur narcissus est absorbé par ce seul aspect de la vie: son apparence extérieure. A cause de son mauvais et  autoritaire caractère, l’empereur ne peut pas être contredit. Lorsque deux escrocs font circuler le mot qu’ils savent comment préparer des vêtements  parmi les plus magnifiques jamais existé, l’empereur il les voulait à la cour pour lui-même. La particularité de ces vêtements était qu’ils ne sont pas visibles à imbéciles et indignes. Les serviteurs du roi ne peuvent donc pas révéler qu’ils ne voient rien. À la cour, les deux escrocs préparent la nouvelle robe pour l’empereur expliquant ce détail. Même le roi ne voit rien, mais il  ne veut pas passer pour indigne ou stupide. Par conséquent, tout en ne portant rien, il veut défilé parmi les gens qui, de toute façon, préfère ne pas contredire l’empereur ou de ne pas passer à leur tour pour indigne ou stupide. Seul un enfant a l’innocence (ou le courage?) à crier devant tout cela… Le roi est nu!

C’est l’état dans lequel nous avons été réduits à regarder la réalité. Nous ne le voyons pas, même dans le cas de faits irréfutables. Même lorsque les signes devant nous indiquent le sens naturel des choses. C’est l’horreur d’aujourd’hui. Après la période de confiance aveugle dans la raison (en un mot, “je ne crois que dans ce que je vois”), nous avons permis d’atteindre la négation de la réalité actuelle à nos yeux. Orwell avait anticipé à la fin des années cinquante, maintenant tout cela arrive, comme prévu, sans vergogne. Et pour paraphraser l’autre maître de dystopia, Aldous Huxley, pour laisser endormir l’esprit sans scrupules qui est en nous quand il détecte la constance de cette forme d’insatisfaction sociale, il ne reste que d’ingérer les grammes quotidiens de “soma”, une drogue de fantasie de l’avenir, ou, comme en fait voulu par ceux qui tirent les rangs, laissez-nous prendre des nombreuses formes d’activité qui détournent de la vérité.

Mais dans la mesure où nous leur permettons d’augmenter ou de réduire les distances d’elle, la vérité reste fixe, ou le mal est le nôtre, dans le cas, parce que, en fait,… Le roi est nu!

Rosario Galatioto

Annunci